L'auteur

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Please, don’t unplug the Internet

Et si tout s’arrêtait? Et si on débranchait Internet ? Et si on nous obligeait à arrêter de communiquer par mail, inbox Facebook, tweets?

Aujourd’hui, mercredi 1er juin 2011, Internet s’est arrêté et avec lui un mode de communication s’est éteint. Depuis que nous nous sommes levés ce matin plus rien ne fonctionne. Au bureau, chacun d’entre nous a essayé tous les navigateurs installés sur son ordinateur, rien ne s’affiche : Firefox- down, Safari- down, Chrome- down, Internet Explorer- down, aucun ne réagit. Sur la page d’accueil de Google, un message d’erreur:

“Internet is over, communication is back to 1.0, we are sorry for the inconvenience but you will have to learn how to communicate again.
You’re back to square one.
Sincerely,
The Internet.”

Un peu abrupte comme fin, pas même un mail pour nous prévenir, ni rien. Interloqués nous nous jetons sur nos téléphones et cherchons à joindre nos proches pour savoir si chez eux aussi : « L’Internet est cassé. »
En effet, partout ailleurs, c’est fini.

Nous recevons des sms de nos clients qui essayent de nous joindre avec désespoir et des journalistes qui ne comprennent pas ce qu’il se passe. Nous parlons avec eux et essayons de trouver des solutions. Débrancher et rebrancher les fils, appeler nos fournisseurs d’accès, redémarrer les machines. Mais non, rien n’y fait. Nous sommes dans le même bateau et il va falloir ramer ensemble maintenant.

Réunion en salle de conférence : la cellule de crise se met en place et avec elle nos premières actions. Nous devons travailler, après tout, le monde ne s’est pas (totalement) arrêté de tourner. Alors nous prenons nos téléphones et fixons des rendez-vous le lendemain avec chacun de nos clients pour déterminer des premières actions à mener.

Nous nous organisons en équipe : « Toi, tu vas chercher le papier aux imprimantes ! » « Toi tu inventories les stylos billes, crayons de papiers, feutres, etc. ! » « Et vous, vous brainstormez pour faire tomber fissa les premières idées et plans d’attaque ! » Nous n’avons plus Internet, mais il nous reste le papier !

En quelques heures, nous trouvons les meilleures idées pour faire en sorte que l’activité de nos clients ne soit pas trop ralentie. Des feuilles de papiers tapissent les murs et fenêtres et les équipes s’installent de véritables camps dans les bureaux. La révolution est en marche et nous sommes organisés. Nous sommes des enfants du digital certes, mais nous reprenons les crayons pour continuer à avancer. Pas question de s’arrêter pour une panne. Certains d’entres-nous ont fait ce métier pendant des dizaines d’années sans Internet et les réflexes reviennent au galop, la pratique ne s’est manifestement pas perdue. La presse et leaders d’opinions n’ont pas de secret pour nous, il faut juste réhabiliter d’anciennes méthodes. Nous survivrons…

Oui mais non, aujourd’hui, mercredi 1er juin 2011, nous sommes arrivés à l’agence et Internet était toujours là et avec lui, sa révolution.


Photo: Copyright 2011 The New York Times Company