L'auteur

Trang est Chef de projet Digital au sein du pôle Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Trang Ngo >>

Lui écrire

Partagez !

Projection en avant-première du film « Guy Savoy – L’Aubergiste Etoilé » de France 5

 

Avant-hier matin, j’ai pu assister à la présentation en avant-première du nouveau film documentaire sur Guy Savoy qui sera diffusé sur France 5 le 5 mai. À l’occasion, un petit-déjeuner a été organisé au sein du restaurant 3 étoiles du chef éponyme pour accueillir comme il se doit journalistes et blogueurs.

J’ai donc été directement plongée dans l’univers du chef au travers d’une expérience culinaire inédite. Ce que j’ai retenu de ce rendez-vous exclusif avec le grand chef Guy Savoy :

Comment France 5 a réussi à créer une expérience sensorielle autour du film ?

Il n’est jamais évident de faire la promotion d’un chef, surtout quand cela reste purement visuel. S’il peut nous parler pendant des heures de sa vie et de son travail, il suffit souvent de goûter sa cuisine pour le comprendre pleinement. France 5 aurait pu se contenter du trio classique croissant-café-jus d’orange pour l’heure du petit-déjeuner. Mais non, ils ont décidé de faire les choses en grand. On a eu droit à tous les plats mythiques du chef Guy Savoy, c’est-à-dire, l’huître en nage glacée et ses deux préparations, la soupe d’artichaut à la truffe noire, le saumon figé sur la glace à -82°C et consommé brûlant avec un bouillon à la citronnelle et ses perles de citron… Pour attaquer aux huîtres de bon matin, il faut avoir l’estomac bien accroché. Mais je n’ai pas regretté ! J’ai été surprise de plat en plat, plus inventifs les uns que les autres.
Éléments-clés présentés dans le film, ces plats sont une vraie valeur ajoutée à cette expérience gastronomique. À travers l’explication détaillée faite par le chef de rang, on voit le travail méticuleux et le service soigné derrière. Ces mets valorisent le contenu du film, ce qui permet de profiter pleinement de la projection et d’apprécier d’autant plus les saveurs dégustées.

 

Les chefs sont-ils les nouvelles “rock stars” du PAF ?

Il y a 10 ans, il n’était pas évident d’entendre quelqu’un dire “je suis fan de tel chef”. La connaissance des chefs se faisait uniquement à travers la presse et les guides gastronomiques. Et la rencontre IRL était réservée à une classe d’élites : les journalistes, les critiques culinaires, et les CSP++. Avec les émissions de télé-réalité telles que Top Chef et Masterchef, la gastronomie est proposée au grand public à toutes les sauces : à la télé, sur les réseaux sociaux, dans les apéros, au supermarché.

Elle devient accessible et les chefs ont par conséquent l’air plus “humains”. Fini le temps où les chefs se cachaient dans leur cuisine. Ils sont désormais des “personnages télévisuels”. Les nouvelles rock stars sur le devant de la scène, ce sont des chefs de cuisine. Il est devenu tendance de parler “foodie” et le milieu “foodie” a sa propre tendance. Au-delà des saisons des ingrédients, on parle de la saison des bars à cocktails, des néo-bistrots, des dîners pop-up… Tout comme les rock stars, les chefs peuvent briller le temps de quelques mois (le cas de beaucoup de participants à Top Chef ou Masterchef) ou être reconnus par le public et leurs pairs et entrer dans la légende. C’est le cas de Guy Savoy.

Il y a deux jours, nous apprenions que les plus grands chefs français – Alain Ducasse, Guy Savoy, Joël Robuchon – ont décidé de lancer un label “restaurant de qualité” pour couronner les restaurants qui proposent du vrai “fait-maison” dans leur établissement. Coup de maître ou coup de pub ? Les avis sont mitigés. Il faut savoir que l’Etat a déjà institué un label “Maître restaurateur” pour récompenser des chefs qui travaillent “majoritairement les produits frais”. Alors face à ce nouveau label lancé par les grands chefs du milieu, les consommateurs se trouvent dans un flou total. On ne remet bien évidemment pas en cause le travail des chefs ni leur amour pour le métier. Mais à trop vouloir occuper le terrain médiatique, ne sont-ils pas en train d’oublier leur vrai métier qui est d’être tout justement derrière les fourneaux ?