L'auteur


Voir le profil complet de Servane Magnan >>

Lui écrire

Partagez !

Tu y étais? Nous aussi, les marques aussi …

Décryptage d’une tendance com : la frontière entre influenceurs et conseillers des marques se floute.
L’expérience comme carte de visite de certaines agences de communication.
 
Le week-end dernier j’ai pu assister à la fin du monde version Chaos 2099, c’est-à-dire l’édition 2012 de la célèbre soirée des « Ambassadeurs ». Que l’on aime ou pas de ce genre de soirée, il était difficile de l’occulter avec presque 4000 personnes qui se déguisent de manière presque professionnelle pour se rendre le jour J dans un lieu tenu secret jusqu’au dernier moment. Des préparatifs aux vidéos, commentaires, photos et articles sur cette soirée, elle a laissé de nombreuses traces sur les réseaux sociaux et dans les medias.


Qui se cache derrière cette soirée pharaonique qui ameute le Tout-Paris pendant des semaines ? Tout simplement une agence événementielle, Nico &Co, qui a trouvé un très bon moyen de se faire connaître d’un certain public et des marques, dont certaines prennent d’ailleurs part à l’événement.
Un lieu unique, des animations surprenantes telles que des auto-tamponneuses, des démonstrations moto-cross, des voitures sur lesquelles les convives pouvaient se défouler, des DJ reconnus … Une mise en scène extraordinaire qui en fait La soirée où il fallait être. Et les marques ne s’y sont pas trompés car les résidents de Kaopolis, nom donné à cette cité imaginaire, ont pu interagir avec certaines d’entre elles telles que Havana Club, Red Bull, Axe ou encore Uber.
En effet, démontrer sa créativité, son savoir-faire opérationnel et sa force d’activation de communauté en créant un événement signature ou en investissant un lieu écrin apparaît comme un moyen très efficace pour communiquer sur sa capacité à créer des expériences.
L’agence qui a depuis longtemps suivi cette stratégie est évidemment La Clique avec ses nombreux lieux emblématiques de la nuit, du Baron à Chez Moune, et qui accompagne aussi bien des établissements comme l’hôtel W que des marques comme Comptoirs des Cotonniers.
L’agence Betta Splendens a, pour sa part, récemment pris en charge la DA du Louis 25 avec le collectif From Paris. La gallerie Sott a elle décidé de créer un véritable LAB pour démontrer sa force en tant que défricheuse de tendances. Et même l’ «Entertainer» Nicolas Ullmann, qui met au service des marques ses prestations d’animation, est allé jusqu’à proposer sa maison Rue Muller puis a récemment ouvert Le Rosie Bar juste en face.
 

Les marques ont besoin de « sortir » de leur territoire pour aller à la rencontre des communautés via les influenceurs

 
Pour une agence, asseoir sa légitimité via son ancrage dans l’univers des expériences festives reste une valeur sûre, notamment à l’heure où la frontière entre lieu, conseil, DA et opérationnel devient de plus en plus difficile à cerner.
En effet, le succès des expériences festives répond surtout à une demande des marques qui ont compris qu’il fallait « sortir » de ses lieux en propre pour s’associer à des forces créatives en contact direct avec leurs publics.
A l’heure où l’on parle de dialogue, d’engagement direct entre les marques et ses publics via les réseaux sociaux, les marques voulant créer une relation « live » avec des communautés n’ont pas d’autres choix que de passer par des relais d’influence. Le rôle et l’activation des « influenceurs » demeure ainsi essentiel à tout programme de communication qui repose sur l’expérience en tant que proposition de valeur.
Le bal des casquettes interchangeable entre influenceurs et conseillers des marques ne semble pas prêt de s’arrêter. Pour preuve : un magazine, Brain, a ainsi décidé de mettre ses talents de décryptage des tendances au service des marques en créant sa propre agence de pub, Maison Brain.

 

Pour avoir un aperçu de la soirée :

Sur Minute Buzz

Sur le NouvelObs.com