L'auteur

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Natalie Rastoin : « Internet oblige à s’interroger sur les mots des citoyens »

Natalie Rastoin, Directrice générale d’Ogilvy France, a récemment répondu à 3 questions du réseau des  Jeunes communicateurs publics (JCP). En 3 questions, elle parvient à poser les jalons d’une communication publique moderne, bouleversée par internet et les médias sociaux.

3 questions à… Natalie Rastoin, Directrice générale d’Ogilvy France.

1° Quel regard portez-vous sur la communication des institutions publiques françaises ?

La communication publique, souffre d’un problème de continuité. Les appels d’offres sont trop limités dans le temps. Cette vision à court terme est inadaptée aux objectifs actuels de la communication publique face à des enjeux de société – je pense à la prévention santé notamment – qui nécessitent du temps et de la pédagogie. L’Etat a un rôle essentiel auprès des citoyens pour les inciter à modifier leurs comportements.

2° Le développement d’Internet et des réseaux sociaux bouleverse-t-il la communication publique ?

Contrairement aux Etats-Unis ou à l’Angleterre, la France a une structure centralisatrice et pyramidale, un ADN colbertiste.

Le développement d’Internet et des réseaux sociaux modifie la donne. Internet oblige les communicants à s’interroger sur les mots des citoyens car ce sont eux qui pilotent le moteur de recherche, pas les gouvernants. Par ailleurs, avec Internet, le citoyen, le politique et l’expert sont en discussion. Il s’agit maintenant pour les institutions publiques d’instaurer une conversation citoyenne afin d’éclairer l’opinion.

3° Comment organiser cette « conversation citoyenne » ?

Il faut recourir à de nouveaux profils. Pour moi, le communicant public de demain sera un community manager capable de créer du contenu, d’animer une communauté et de structurer l’opinion. Il devra très bien connaître les outils de démocratie participative et maîtriser les enjeux politiques. Son travail sera passionnant !