L'auteur

Sabine est Chef de Projet Senior au sein du pôle Brand Marketing.
Voir le profil complet de Sabine Descours >>

Lui écrire

Partagez !

A Table-tte les enfants !

Cette phrase vous paraît totalement ridicule ? La réalité est bien plus surprenante encore. 

Il y a à peine 10 ans, qui aurait parié qu’un seul objet pourrait regrouper un téléphone, un walkman, un ordinateur et un appareil photo : cela paraissait de la science-fiction. 

Aujourd’hui on fait ses courses via des applications, on s’extasie sur des photos Instagram et les ordinateurs fixes sont classés dans le dossier “préhistoire” avec les Minitels, tatoo, Bi-Bop & Co.

 

Qui n’a jamais eu un frère, cousin ou ami(e), qui, à la perte de son smartphone / tablette, ressentait le besoin impératif d’en avertir toutes les forces de police du territoire pour retrouver l’objet qualifié simplement de « c’est toute ma vie ! ».

Pour ces ultra-connectés, on a même inventé un nouveau mot : les “Everynautes”.

Mais qui sont ces étranges personnes ? Ont-ils 4 bras et une antenne sur la tête ? Se serrent-ils de leur smartphone pour se saluer ?

Une partie des Everynautes sont des trentenaires, actifs et du coup, se devant d’avoir une connexion régulière avec le monde … enfin, je veux dire internet ! (je me cherche une excuse ? moi ? pas du tout !). Avec 6.2 écrans* par foyers et plus de 4h12** passées à rester connecté par jour, on peut effectivement se poser la question de ce que va devenir la nouvelle génération face à ces nouveaux usages (car oui, les trentenaires sont déjà perdus…).

Personnellement, je trouve ça très angoissant. Le changement de comportement des adolescents face à ces nouveaux usages est très extrême. En effet, j’ai vécu la drôle expérience de vouloir inviter un de mes cousins de 17 ans pour un sympathique déjeuner et, comme la bienséance le veut, j’ai décroché mon cellulaire pour lui formuler mon invitation. Qu’elle ne fût pas ma surprise lorsque je me suis rendue compte qu’il fallait que je lui crée un événement Facebook pour qu’il puisse me répondre. Il faut donc dorénavant passer sur leur corps numérique via un event facebook, un tweet, un ping, un statut avant d’avoir accès à leur sacro-sainte personne. Les annonceurs l’ont bien compris ! Bien mieux que leurs parents.

 

Face à ce nouveau mode de vie, la notion de “every-ére” prend tout son sens. Tous les moyens sont bons pour mobiliser cette cible d’ultra-connectés à l’univers de la marque.

À force de vouloir rendre actifs ces jeunes, les marques ne sont-elles pas allées trop loin dans la mobilisation ? « Envoyez-nous votre photo faisant un grand écart au milieu du désert et vous gagnerez un ticket de cinéma ! »

Pour éviter l’overdose digitale, il va falloir que les marques apprennent à mieux communiquer avec eux/nous en qualifiant leurs actions plutôt qu’en les multipliant. Les adolescents ont très bien compris que leur personne numérique avait de la valeur et ne veulent plus Liker à tout va. Ils souhaitent rendre leur parole numérique engageante et encore plus communautaire.

 

Il semblerait que la lune de miel soit terminée. Les marques vont devoir instaurer de nouvelles règles et de nouveaux codes pour que les Everynautes ne créent pas leur propre internet en marge des annonceurs.

 

*Source étude CSA, septembre 2012

** Source étude CSA d’avril 2011