L'auteur

Samantha est Chef de projet Digital et Édition au sein des pôles Contenus et Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Samantha Gaudfrin >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Le hauling, tous accros au shopping ?

Blair Fowler est une jeune américaine originaire de l’Etat du Tennessee. A 17 ans à peine, elle vient de quitter ses parents pour s’installer à Los Angeles, où elle dispose d’une attachée de presse. Près de 175 000 personnes suivent son compte sur Twitter @juicystar007. Et sur YouTube, c’est une véritable star.

Pourtant, Blair n’est ni une actrice, ni un mannequin en vogue. Son succès, elle le doit à ses vidéos qu’elle réalise dans sa chambre. Installée devant son lit dans une pièce peinte en rose, l’ado se filme entrain de déballer les achats de son dernier shopping : vernis à ongle, mascara ou encore chaussures, tous les produits sont détaillés jusque dans le moindre détail.

Cette pratique a un nom : le « hauling », de « haul », butin en anglais. Apparu sur YouTube il y a environ un an et demi, le phénomène, surtout développé aux Etats-Unis et au Canada, connaît un essor fulgurant. Plus de de 250 000 vidéos de « haul » sont proposés sur la plateforme YouTube. A titre d’exemple, l’une de ces dernières vidéos postée le 29 janvier dernier, a déjà été vue plus de 500 000 fois.


Du butin pour les marques

« Ces vidéos sont une expression moderne de la volonté intemporelle de partager la joie d’une “ trouvaille ” décrypte Kit Yarrow, psychologue de la consommation et professeure à l’université Golden Gate à San Francisco. Quoi qu’il en soit, les marques, elles, se réjouissent de cette trouvaille : Pour elles, ces vidéos sur YouTube représentent des heures de publicité gratuite auprès d’un public extrêmement ciblé. Avec le hauling, certaines entreprises ont flairé le bon plan. Ainsi, pour promouvoir ses propres articles, la marque de vêtements américaine Forever 21 a organisé un concours de «haul» l’été dernier. Blair Fowler et une autre bloggeuse très célèbre sur YouTube ont ainsi réalisé une vidéo de « haul »utilisée comme modèle pour le concours sur le site de la marque.

Au retour de bâton

L’authenticité de ces bloggeuses qui se positionnent comme des expertes,  ou « beauty gouru » comme elles se surnomment, est donc une redoutable arme marketing qui a su séduire les marques. Méfiance tout de même puisque ces consommatrices savent user de leur pouvoir.  Pour preuve, ce billet de Blair publié il y a quelques mois à propos d’un démaquillant l’Oréal où l’adolescente décrit le produit comme totalement inefficace.

La  tendance du hauling reste à surveiller de près. D’autant que ce phénomène commence à inquiéter certains chercheurs : cette pratique pourrait créer une dépendance au shopping chez les jeunes en les transformant en « acheteurs compulsifs ».