L'auteur

Samantha est Chef de projet Digital et Édition au sein des pôles Contenus et Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Samantha Gaudfrin >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Le dernier tweet qui nous parvient…

Une dizaine de jours seulement après avoir révélé la mort de d’Ousama Ben laden, Twitter récidive. Lundi 14 mai, le réseau de micro-blogging a encore été le premier à évoquer l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Plus encore, Twitter s’est imposé comme la première et unique source d’information pour suivre la comparution du patron du FMI devant le tribunal de New-York. Ce jour-là, les télévisions d’information ne sont pas autorisées à diffuser en direct les images du procès. Seule solution pour rendre compte de l’évènement en live : Twitter.

« 11 policiers ds la salle. Il attend son tour. DSK debout devant moi. On lui prend 2 photos d’archi près. Nos regards se croisent », tweete François Dufour (@dufourdufour), rédacteur en chef de PlayBac- éditeur de revues pour enfants, depuis la salle d’audience. Il est parmi les quelques journalistes à avoir raconté en direct la comparution de Dominique Strauss-Kahn. Un véritable succès d’audience. Plus de 40 000 internautes ont suivi ce « live-tweet » depuis le site du Monde.fr.

Twitter, seule source permettant de relater la tenue du procès, précède alors les dépêches. Sur Les chaînes d’information en continu, on ne parle pas de la « dernière dépêche » parvenue, mais du « dernier tweet ». Les sites d’informations, eux, relaient la comparution via le live-tweet. « Suivez en direct sur Twitter l’affaire DSK avec notre correspondant à New York »,  pouvait-on lire lundi dernier sur le site de la Tribune.


Volume des conversations sur Ben Laden et DSK dans les 20 derniers jours

Pour autant, l’ascension effrénée du réseau de microblogging ne se fait pas au détriment des  médias existants. Au contraire, le réseau social amplifie l’action des chaînes de télévisions, radios et autres journaux. «Twitter conduit les gens à se tourner vers les médias traditionnels », analyse Eric Schonfeld sur Techcrunch.  En effet, les internautes ayant entendu parler de la mort de Ben Laden sur Twitter se sont ensuite dirigés vers les chaînes télévisées. De même que lundi soir où, une fois l’audience achevée, les chaînes d’information en continu ont pris le relais de Twitter.

Le changement majeur réside donc avant tout dans l’impact qu’ont ces 140 caractères de temps réel  dans la naissance et la vie de l’information. « Nous donnons l’information brute par un live-tweet, l’image vient ensuite à la télévision pour l’émotion, puis le décryptage et l’analyse viennent dans la presse et la radio », explique le journaliste David Medioni sur son blog avant d’ajouter : « Désormais le direct (via twitter) est devenu la première source d’information. Avant l’image. C’est une inversion totale des règles qui prévalaient dans les médias auparavant ».