L'auteur

Michel intervient, au sein du Pôle Influence Digitale, sur des problématiques de notoriété, promotion et réputation de marques, produits, services et personnalités sur Internet.
Voir le profil complet de Michel Di Bella >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Break the rules

copyright Laetitia Attali

Vous vous apprêtez à lire le 100ème édito de la 100ème newsletter Influence Digitale. C’est donc forcément un avant-propos pas comme les autres que vous tenez virtuellement entre les mains : quelle meilleure occasion qu’un numéro 100 pour casser les règles ?

D’abord, les clés de cette lettre d’info interne ont été confiées dès l’origine à l’équipe influence digitale : ce n’est en aucun cas le regard corporate d’une agence mais l’analyse de ses experts qui s’y expriment en toute liberté, sans la contrainte ni la censure sensée épargner la sensibilité des grands clients du groupe.
Source photo: Edward Simpson

Signer cet édito en utilisant le « je » constitue donc en soi une exception qui restera très ponctuelle.
Ensuite, la vocation de la newsletter est de s’intéresser à l’évolution de l’influence sur le net, surtout pas de pratiquer un exercice auto-centré d’information sur nos offres, les campagnes développées pour nos clients et la mise en avant technique de nos meilleurs talents.
Ecrire Ogilvy ici est ainsi une première et sans doute une dernière.
Mais surtout, il est impossible pour moi de ne pas remercier Trang et
Antoine qui ont maintenu l’énergie depuis la première édition, assuré une veille exigeante et pointue chaque jour mais aussi su motiver les contributions d’éditorialistes internes qui ont investi de leur temps au fil des mois : Alexandre, Charles, Elodie, Karine, Laurent, Manuella, Marie, Myriam, Odile, Philippe, Pierre, Samantha, Tamara, Thibaut, Tristan, Victor et Wassila.
Enfin, il n’est pas question d’utiliser cet espace pour dire que, peut-être, nous avons su anticiper les grands enjeux bien avant la naissance de cette newsletter. Personne n’attend qu’on rappelle ici les outils de monitoring installés depuis 2006, les dispositifs dédies à la formation et à la gestion de crise sur le web dès janvier 2007, les offres déployées pour accompagner les entreprises dans leur changement d’organisation liés au digital ainsi que des système de scoring des ecosystèmes d’influence sur le web en 2008. Il serait déplacé de détailler les avancées depuis 2 ans avec l’homogénéisation au niveau mondial des expertises validées par un diplôme interne (les Black Belt), des offres de contenu et storytelling appliquée au web, la participation aux plus grands awards internationaux pour accéder aux meilleurs benchmarks et au moins deux nouveautés à venir avant la fin de l’année 2011.
Mais, puisque nous en sommes à briser les règles, je ne résiste pas à l’envie de mettre notre travail en perspective avec la deuxième édition de l’observatoire français des médias sociaux IDC et SAS, consacrée en juin au media sociaux et à la e-réputation. Les conclusions réunies sur les 2 premières pages suffisent à démontrer à quel point l’énergie globale du marché à laquelle l’équipe contribue depuis tout ce temps porte ses fruits, même si on aimerait que la transformation des organisations s’accélère. Au passage, lire l’intégralité du rapport est vivement conseillé à tous.
Au fil du temps, vous êtes passés de quelques dizaines de consultants internes Ogilvy PR à plusieurs centaines qui reçoivent et, nous l’espérons, parcourent attentivement chaque semaine depuis plus de deux ans notre regard sur les grandes évolutions du web conversationnel et notre sélection forcément subjective de ce qui fait l’actualité des media sociaux. Les collaborateurs d’Ogilvy francophones à Paris ou dans le monde, les anciens qui continuent à nous suivre, plus d’une vingtaine de grands clients qui nous ont fait part de leur intérêt à recevoir cette information malgré son caractère interne et, depuis quelques mois, tous les internautes qui consultent la partie Edito de cette newsletter sur le blog de l’agence, Question d’Influence.
Pour cette fois et encore plus que d’ordinaire, afin de nous aider à réfléchir à des évolutions adaptées pour les 100 prochaines éditions, nous comptons sur vos commentaires, remarques, idées et propositions en tout genre par retour de mail ou sur le blog.
Mais toute l’équipe acceptera sans doute que vous vous joignez plus simplement à moi pour les féliciter de leur persistance et de leur passion communicative pour le web dans sa dimension la plus humaine.
En ce qui me concerne, je vous donne rendez-vous dans 2 ans, même jour, même heure, même place. D’ici là, je redonne les clés.