L'auteur

Trang est Chef de projet Digital au sein du pôle Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Trang Ngo >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Allô (digital) maman bobo

C’est la rentrée. La reprise est dure pour tout le monde. Les petits sont « back to school », les adultes de retour au bureau, la boulangère a enfin rouvert sa boulangerie. Il n’y a que le soleil qui n’est (toujours) pas de retour depuis son départ, début août.

 

Heureusement que les réseaux sociaux sont là et nous permettent de nous évader encore, le temps d’un click. Les tweets coulent de nouveau à flot sur votre fil Twitter, non, pas des twitpics de vacances, de vrais tweets d’actualité ! A part si vous étiez en Polynésie ou au fin fond d’un village d’Auvergne, vous n’avez pas pu louper THE NEWS de la rentrée : Beyoncé est enceinte ! Et encore une fois, on l’apprend grâce à Twitter. La reine du R&B a réussi à provoquer une avalanche de tweets qui a atteint le pic de 8,868 tweets/seconde, soit plus que l’annonce de la mort de Ben Laden ou la finale de la coupe du monde féminine de football.

Source photo: Feminelles

C’est dans l’air du temps, on ne parle que de cela : la grossesse, la natalité, la naissance… Après l’interview (enfin) de la Première Dame de France au sujet de son prochain accouchement, la sortie de « La guerre est déclarée » et bientôt « Un heureux  événement » jusqu’au dérapage de Frédéric Lefebvre qui a fait le lien entre le chômage et la natalité, la grossesse et la place de la femme ; les mères sont plus que jamais au cœur de l’actualité.
Sur Facebook, les utilisatrices peuvent indiquée dans l’onglet infos qu’elles sont enceinet et même donner la date prévue de l’accouchement et le prénom du futur bébé. Dans les médias, on parle dorénavant de la « digital mum » et non pas « la ménagère de moins de 50 ans ». La maman 2.0 est la nouvelle égérie des publicitaires. Consommatrice avisée, actrice principale d’achat, connectée, friandes de bonnes affaires et de web social, son pouvoir d’influence et sa force de proposition prennent de l’ampleur.
D’après WebMediaGroup, on dénombre 8,7 millions de « digital mum » en France. Mais en vrai, la « digital mum » c’est quoi ? Analyse.
« La digital mum est une femme ayant au moins un enfant à charge et se connectant au moins une fois par semaine à internet. » Wahou une fois par semaine, si c’est pas de la weboulimie ça… « Elle a un rapport à la société et à la consommation qui mêle le réel et le numérique. » Paraît même qu’elle a vu Matrix 3 fois ; et « consomme de manière active et intelligente – tant les produits, les marques que les médias ». Oui, la digital mum est multi-task. Oui, elle est capable de liker le dernier statut de sa cousine en lisant grazia.fr juste avant de valider sa commande ventes privées. Oui, la digital mum sait donc ouvrir plusieurs onglets, même sur Internet Explorer.
Trêve de plaisanterie, il est consternant de voir que même si 77% de ces « digital mum » sont des femmes actives, les critères utilisées pour les catégoriser sont à peine clichés : « practical », « shopping », « social », « social & shopping ». En gros, dans sa journée, la « digital mum » se contente de s’occuper de son bambin, de faire du shopping, de faire la causette sur la Toile et de chercher quelques informations utiles de temps en temps. Quid de son utilisation professionnelle du Web ? Mystère. Au final, ce sondage entretient le mythe de la « ménagère de moins de 50 ans » – l’ordi en plus – et contribue à faire du terme  « digital mum », un néologisme rétrograde.