L'auteur

Trang est Chef de projet Digital au sein du pôle Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Trang Ngo >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

« Aime moi, sinon je te piège ! »

Nouvel adage du 21è siècle ?

Si la phrase peut faire sourire, elle n’en illustre pas moins une pratique aussi vieille que le Web Social : créer un « fake profil » pour surveiller l’être aimé. Un pilier fondamental du stalking. Selon cette étude publiée l’année dernière, près de 100% des utilisateurs de réseaux sociaux se seraient déjà fait « piéger » au moins une fois par un faux profil. Aussi charmants  que fictifs, ces « profils les plus populaires  sont souvent les plus sexy, ce qui implique un rapport de séduction plus ou moins fort destiné justement à faire lever tout soupçon. »

A l’heure où la nouvelle LOPPSI (Loi pour la performance de la sécurité intérieure) diabolise encore un peu plus cet « antre de pédophile » qu’est Internet, on se rend compte que sur le Web comme ailleurs, nous avons souvent plus peur de ce que nous sommes capable de faire plutôt que du danger que peut potentiellement représenter l’autre.
En témoigne le nouveau service de rencontre en ligne « Secrètement votre ».  Encore en version beta, le site  aiguise la curiosité du commun des mortels avec sa signature « et si faire le premier pas devenait un jeu ?». Le concept : proposer aux cadres timides qui n’osent pas aborder leur collègue une drague anonyme mais avec ces mêmes personnes. Outre le jeu de séduction à la fois ludique et mystérieux, le site permet donc de draguer en toute sérénité, sans prises de risque notables. Suite aux indices donnés, libre à la personne de décider d’aller plus loin dans l’aventure en connaissant l’identité du mystérieux séducteur.

Jusque là, tout reste encore très innocent. On imagine par contre très facilement comment détourner le concept pour fliquer voire piéger son/sa compagnon/compagne. Stalker on vous dit.

Autre service, autre pratique. Et si tout pouvait être aussi simple qu’un tweet ? C’est ce que propose l’autre nouveau venu dans la sphère du dating en ligne : Luv@FirstTweet. 140 caractères pour une date, qui dit mieux ? Fini le temps perdu à créer un profil, fini les descriptions détaillées de votre personnalité, fini les longs mails échangés sans trop y croire. Luv@FirstTweet scan vos tweets pour déterminer votre « personnalité » et trouver ceux qui vous ressemblent dans un réservoir de plusieurs milliers de princes/princesses charmants/es.


Bien. Mais que retenir de tout ça ? Les sites de rencontres ne sont pas nouveaux. Depuis 2001, Meetic et autre AdopteUnMec on fait de la conquête de l’autre un des biz les plus lucratifs du Web. Certes, mais les codes ont changé, et se rapprochent de plus en plus de nos vraies contraintes. La « chasse » à l’inconnu a perdu de sa saveur, ce qui nous attire c’est le réel, ceux que nous côtoyons et que nous avons appris à connaître au quotidien. Car qu’on le veuille ou non, l’amour, comme toutes relations sociales, naît et s’épanouit plus facilement dans le offline. C’est là le tour de force de « Secrètement votre » qui réussit à garder les bienfaits de l’anonymat pour les connecter à la séduction de nos contacts proches. Côté Lov@FirstTweet, on sort aussi de l’anonymat en implantant officiellement la séduction dans des réseaux qui ne sont initialement pas pensés pour ça. Petit plus, on réduit le coût d’entrée et on inscrit le tout dans le temps réel. Avec dans tous les cas, une recherche dans notre cercle d’intimité qui se déroule en ligne. Soit pour le dire en deux mots : quand l’URL rencontre l’IRL (in real life)… Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants – des parfaits petits stalkers d’ailleurs :p

Source de la BD : http://www.tranchesdunet.com/2010/03/31/le-futur-des-rencards/