L'auteur

Trang est Chef de projet Digital au sein du pôle Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Trang Ngo >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Influences du jour #7 : du français 2.0 à l’assurance 2.0

Vous préférez add-on ou additif ? : Émilie Ogez

La langue française n’a pas la cote dans certains secteurs d’activité (notamment dans le monde de l’informatique et des nouvelles technologies). L’anglais prime, c’est un fait. Ce n’est cependant pas une raison pour ne pas faire quelques efforts et défendre notre belle langue.

C’est ainsi que la Délégation générale à la langue française et aux langues de France a décidé de mettre en place le site France Terme. Elle y propose plus de 5000 mots (nouveaux mots ou néologismes) pouvant être utilisés en lieu et place de leurs équivalents anglais. Plusieurs domaines sont concernés : environnement, audiovisuel, photographie, mode… Retrouvez également un dépliant « Les maux de l’Internet » (dans la série « Vous pouvez le dire en français« ).
Quelle expérience votre marque génère-t-elle ? : Julie Lemonde

Étudiez-vous l’expérience vécue par vos clients lorsqu’ils consomment vos produits ou vos services?

Vos clients peuvent partager cette expérience sous forme d’opinion via les médias sociaux. Ils ont aujourd’hui la possibilité de s’exprimer pratiquement en temps réel, par l’entremise de leur portable ou de leur téléphone mobile. Évidement, ils peuvent envoyer un courriel directement à votre service clientèle par l’intermédiaire de votre site Internet. Cependant, parions que les chances sont faibles qu’ils reçoivent une réponse…rapidement.

Vos consommateurs sont de plus en plus exigeants d’où l’importance capitale d’écouter leurs conversations et éventuellement, d’y participer sans les interrompre. Il s’agit donc d’une occasion et d’un moyen, pour votre organisation, de développer une communauté de marque à l’aide d’interventions pertinentes au cœur de ces conversations. Financièrement, cette communauté de marque se traduira par une plus grande fidélisation de vos consommateurs et donc, par un retour sur investissement basé sur une économie de coûts au niveau de l’acquisition de nouveaux consommateurs.

Les médias sociaux au service du B to B : Socialnomics

Beaucoup de sociétés B to B se demandent toujours comment leur stratégie social media devrait être mises en oeuvre, ou même s’ils doivent en avoir une. Malheureusement, beaucoup d’exécutants qui s’occupent du social media croient que des médias sociaux ne sont pas applicables pour leur société B to B. Ils pensent plutôt que c’est quelque chose qui est réservée pour les sociétés B to C.

Pourtant beaucoup de principes que nous utilisons pour des sociétés B2C s’appliquent aussi à celles de B2B.

France Info rentre dans l’ère de la statusphère : Etreintes digitales

Parler de l’actualité comme elle vient, veiller sur ce qui buzze sur Internet, être dans le renouvellement permanent… Pendant quelques instants, on aurait pu croire qu’on parlait de Twitter, dans le Hall A de la Maison de la Radio.

« Notre ambition est de garder, fidéliser et de donner envie à notre auditeur de revenir. Pour le faire revenir, il faut un renouvellement permanent », a expliqué Philippe Chaffanjon, directeur de France Info. Comprenez : la transformation de la grille de France Info en équivalent radio du flux d’actualités Twitter, du Stream de Facebook, des mises à jours de statuts sur MSN…

Ainsi, au lieu de faire entrer des informations de 2 minutes dans une grille organisée, France Info veut ainsi plutôt adapter sa grille à l’information, inspiré du modus operandi des journées spéciales (élection d’Obama, mort de Michael Jackson, crash d’un Airbus…).

Assurance : comment s’adapter au 2.0 ? : l’Atelier

Les assureurs cherchent à communiquer avec la génération Y en adoptant les technologies de l’Internet social. Si certaines de ces initiatives sont de francs succès, elles restent dans l’ensemble difficile à jauger.

Les compagnies d’assurance ne sont pas à l’aise avec l’utilisation du web social. C’est ce que montre une étude du cabinet Celent. Dans son rapport, le cabinet dresse un bilan du rapport entre les assureurs européens et américains et le web 2.0. Premier constat, les priorités sont les mêmes des deux côtés de l’Atlantique. Les différences en terme d’adoption des nouvelles technologies sont minces et on retrouve des intérêts similaires pour le podcast, les sites de réseaux sociaux, les flux RSS… Le web 2.0 entraîne en effet une nouvelle manière d’aborder les choses. La génération Y avec laquelle les assureurs cherchent à communiquer est portée par de nouvelles valeurs : mobilité, spontanéité, ouverture et collaboration.