L'auteur

Trang est Chef de projet Digital au sein du pôle Social@Ogilvy.
Voir le profil complet de Trang Ngo >>

Lui écrire

Articles similaires

Partagez !

Influences du jour #6 : de la génération Y à la bibliothèque 2.1

Google défend son projet de bibliothèque numérique à Bruxelles : Les Echos

Alors que des deux côtés de l’Atlantique la contestation bat son plein contre son projet de numérisation des livres, le moteur de recherche a tenté hier de convaincre la Commission européenne du bien-fondé de sa démarche.

A la fin de la semaine dernière, les éditeurs français, italiens et allemands ont notifié à la justice américaine leur opposition au protocole signé fin 2008 par le géant de l’Internet et l’édition aux Etats-Unis. Cet accord prévoit l’abandon par les ayants-droit américains des poursuites contre Google. En échange ce dernier versera 125 millions de dollars pour entre autres financer un registre géré par les auteurs et les éditeurs et qui aura pour vocation d’identifier les ayants droit ainsi que de les rémunérer. La justice américaine doit examiner le 7 octobre cet accord.

La génération Y va tout changer : ReadWriteWeb

Même si elle n’est pas prête de prendre le pouvoir, la génération Y va prendre sous peu une importance considérable. Ce groupe arrive désormais en masse dans le monde du travail, de la consommation et de la vie citoyenne, et ne peu que redéfinir, par ses pratiques et sa culture, un univers qui pour l’instant semble tout faire pour ne pas avoir à évoluer en profondeur.

Quoi qu’il en soit, nous savons tous instinctivement qui ils sont, du moins en terme d’âge, ce sont les enfants et les jeunes adultes d’aujourd’hui, la population la plus immergée dans le digital à ce jour, beaucoup d’entre eux étant nés avec un ordinateur à portée de main. Rappelons néanmoins qu’on ne nait pas « digital », on le devient : la preuve avec les retraités qui maitrisent bien le web social…

Il y a une vie après Twitter : Medias Sociaux

Twitter serait maintenant devenu un phénomène de masse, surtout dans les pays anglosaxons, et vous savez bien que là où il y a la masse, il n’y a plus le hype. Toutes les bonnes choses ont une fin et les influenceurs digitaux sont déjà est en train de se chercher une nouvelle coqueluche. Voici donc la bonne résolution de la rentrée 2009 : trouver un remplaçant à Twitter.

Mais plutôt que de vous demander quel est l’avenir de Twitter, posez-vous plutôt la question de savoir si le microblog a de l’avenir. La réponse est oui. Plus qu’un service, Twitter est maintenant en train d’évoluer vers un standard de communication, un protocole autour duquel gravite un écosystème de services et applications.

Prohibition 2.0 : qu’est-ce qu’un contenu préjudiciable ? : Owni

En 1995, et pour la première fois à la télévision française, «La marche du siècle» consacrait une émission entière à l’Internet. Ce soir-là, rapporte Laurent Chemla dans ses Confessions d’un voleur, “on a pu découvrir qu’outre quelques sites amusants comme celui du Louvre ou de la bibliothèque du Congrès, on ne trouvait guère sur l’Internet que des pirates, des néonazis et des pédophiles, et on expliquait tous les dangers de ce nouveau media“.

Depuis, le Net a bien changé, mais les mentalités, pas tant que ça. Si la menace nazie fait moins la Une des grands médias, les spectres des pirates et des pédophiles sont régulièrement utilisés pour alerter l’opinion publique sur les dangers de l’Internet.
Que se passerait-il si l’internet, conçu comme un espace libre et ouvert, était lui aussi soumis à ce type de prohibition ? Quelles conséquences cela aurait-il sur l’accès aux informations relatives à la sexualité, la santé, sur le droit de lire et d’écrire, de communiquer ?

Bibliothèques 2.1 et bibliothèques à 2(.0) vitesses ? : Bibliobsession

Intéressant article de Brian Matthews publié dans le Journal of  librarianship. Dans cet article, Brian Matthews se demande si nous ne devons pas désormais parler de bibliothèque 2.1. puisque cela fait des années maintenant (2005) que nous parlons de web 2.0 et de “bibliothèques 2.0″.

Pour lui certaines bibliothèques au USA ont clairement passé un cap, celui de l’intégration d’une “démarche 2.0″ qui permet d’améliorer les services aux usagers. C’est ce qu’il propose d’appeler des Bibliothèques 2.1. Il précise bien dans son billet que la démarche “Bibliothèques 2.0″ ne porte pas que sur les technologies, il s’agit bel et bien de penser des services pour des usagers, essence même du web 2.0…